Le Gouvernement et les entreprises s’engagent dans des réformes de facilitation du commerce

Le Ministère de l’Industrie, de l’Investissement, du Commerce et de l’Economie numérique et l’Alliance Mondiale pour la Facilitation des Echanges, en présence de l’Agence Nationale des Ports, de l’Office National de Sécurité Sanitaire des produits Alimentaires, de l’Ambassade d’Allemagne à Rabat, et des autres partenaires du projet, ont signé aujourd’hui un accord de mise en œuvre d’un nouveau projet de facilitation des échanges visant à automatiser certaines procédures d’import et d’export en conformité avec l’Accord sur la facilitation des échanges de l’Organisation Mondiale du Commerce.

Philippe Isler (Global Alliance for Trade Facilitation), Michael Gajo (GIZ), Said Maghraoui Hassani (Ministère de l’Industrie, de l’Investissement, du Commerce et de l’Economie Numérique), Tarik Maaouni (Agence Nationale des Ports), Abdelfattah Benjelloun (Office National de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaire)

Ce projet qui vise à optimiser les processus d’importation et d’exportation dans le secteur agroalimentaire, a été développé dans le cadre d’une concertation public-privé. Il devrait permettre de réduire les délais et les coûts de transaction des produits agroalimentaires en élaborant et en mettant en œuvre des outils numériques afin de faciliter deux procédures utilisant, jusqu’à présent, des documents papier.

En effet, le projet de facilitation des échanges, lancé aujourd’hui, vise à concevoir et à mettre en place un échange de données automatisé, et sans papier, entre les ponts de pesée des principaux ports du Maroc. Le projet aidera également le Maroc à mettre en place et à partager des certificats phytosanitaires électroniques (ePhytos) avec d’autres pays. Il est prévu que la dématérialisation du processus de pesage dans les ports devrait réduire de 25% le temps nécessaire à la pesée et que l’introduction d’ePhytos devrait réduire de deux jours le délai de dédouanement des importations et des exportations nécessitant cette certification.

L’Alliance Mondiale pour la Facilitation des Echanges est un partenariat public-privé pour la croissance portée par le commerce. Les membres de cette alliance sont convaincus que le commerce international doit être plus simple, plus rapide et plus économique, créant de nouvelles opportunités commerciales et favorisant le développement économique et social tout en réduisant la pauvreté. Sa mission consiste à aider les pays en développement et les pays les moins avancés à mettre en œuvre l’Accord sur la facilitation des échanges de l’Organisation Mondiale du Commerce. L’Alliance rapproche les gouvernements et le secteur privé comme partenaires à titre égal pour identifier les retards douaniers et les formalités inutiles aux frontières et pour concevoir et mettre en œuvre des réformes ciblées produisant des résultats quantifiables.

L’Alliance Mondiale pour la Facilitation des Echanges est conjointement dirigée par la Chambre de commerce internationale (ICC), le Forum économique mondial et le Center for International Private Enterprise, en coopération avec la Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (GIZ) qui réalise le projet de l’Alliance avec les partenaires marocains. L’Alliance est soutenue par les gouvernements des États-Unis, du Canada, du Royaume-Uni, de l’Australie, de l’Allemagne et du Danemark.

M. Philippe Isler, Directeur de l’Alliance mondiale pour la facilitation des échanges, a déclaré:

« La facilitation des échanges simplifie le commerce permettant ainsi d’accroître le volume des échanges commerciaux. Ce projet est le fruit d’une collaboration entre le gouvernment et le secteur privé qui ont travaillé ensemble pour identifier les goulots d’étranglement et pour développer conjointement des solutions. Ce sera un exemple de meilleure pratique en matière de facilitation des échanges à suivre au Maroc et dans toute l‘Afrique. »

To read this press release in English, click here